A la une

Affaire MURRAY

"S’agissant de la décision obtenue par les fans de Mickaël JACKSON :  j’ai travaillé de manière désintéressée compte tenu du caractère exceptionnel de cette procédure.
Cette décision est une première mondiale." 
Me LUDOT Emmanuel

Consulter le jugement

L'avocat des causes insolites et médiatiques

Un dérapage incontrôlé sur une frite, une dent cassée par une saucisse...un avocat collectionne avec boulimie et sourires en coin les affaires atypiques à fort coefficient médiatique.

Aux murs de ses locaux dans la périphérie de Reims, les posters des Rolling Stones et des Beatles côtoient la figure rigolarde de Coluche. A 59 ans, l'avocat Emmanuel Ludotcache mal derrière ses lunettes rondes et dans ses costumes de marque impeccablement taillés un goût certain pour la provocation.

"Je défends des gens qui veulent se débarrasser de leurs problèmes, à moi d'employer tous les moyens possibles quitte à en faire trop, notamment par voie de presse", revendique-t-il, sûr de ses relais médiatiques.

"Un procès, c'est un comme un combat de boxe, j'aime la confrontation et les médias sont une arme à utiliser à bon escient", explique-t-il en évoquantles méthodes de travail de ses pairs Jacques Vergès ou Gilbert Collard, "même si celui-ci a vendu son âme".

Son dernier fait d'armes, il le doit à Michael Jackson. Début février, l'avocat fait condamner par un juge d'Orléans le médecin de la pop star à un euro de dommages et intérêts au profit de ses clients, cinq fans éplorés victimes d'un "préjudice d'affection".

"Je ne m'accorde pas le droit de refuser une demande, je ne juge pas, je défends, je mets ma culture au vestiaire et je fais le job", explique-t-il.

La cliente d'un fast-food qui se blesse en glissant sur une frite, le dérapage d'une vieille dame sur une feuille de salade dans un supermarché, un mangeur de saucisse industrielle qui perd une dent, un buveur qui reproche à un fabricant de bière sa dépendance... : de victoires savamment médiatisées en causes perdues plus discrètes, on retrouve le pénaliste dans nombre de dossiers qui suscitent l'ironie de ses confrères par ailleurs très avares de compliments à son égard.

Il carbure aux quolibets

"Je sais que j'ai beaucoup de détracteurs mais je me moque des quolibets, c'est un carburant qui me fait avancer", lance Me Ludot.

Son nom apparaît également dans des dossiers plus politiques comme celui de Saddam Hussein dont il fut quelques mois le seul avocat français, ou l'"affaire Karachi" pour le compte de la veuve de l'ingénieur français Alain Rigaux mort "bizarrement", selon l'avocat.

"En 1998, j'ai fait condamner l'Etat du Congo dans l'affaire Elf et j'ai vu de près les barbouzes de Pasqua (alors ministre de l'Intérieur). Ce jour-là, j'ai eu peur pour ma vie", affirme-t-il l'oeil pétillant.

Comme ce jour de novembre 1992 où la cour d'assises de Reims acquitte une boulangère qui avait abattu un voleur de croissant âgé de 23 ans. Jeune avocat, il défendait alors la famille du jeune homme d'origine algérienne.

"Toute la ville était contre moi, j'ai senti la haine, on m'avait promis la fin de ma carrière naissante", se souvient-il.

L'avocat revendique une enfance heureuse dans un village de l'Aube entre un père instituteur et une mère qui élevait ses six frères et soeurs.

"Je suis un enfant de 68. Au lycée de Sézanne, (Marne) mon prof de français m'avait appris à fabriquer des cocktails Molotov que je balançais sur les murs de la caserne de CRS", avoue-t-il en souriant.

"Après j'ai rencontré (l'intellectuel André) Glucksmann, j'ai compris que la révolution était une impasse et que l'injustice se combattait au jour le jour, individuellement, tout seul dans son coin", lâche-t-il comme à regret.

Bien que marié et père de quatre enfants, le mot "solitude" revient sans cesse dans ses propos. A l'entendre, la confection de confitures le comble de bonheur, autant que la cueillette des haricots verts seul dans un jardin.

source : http://www.droit-inc.fr/article11550-L-avocat-des-causes-insolites-et-mediatiques&highlight=ludot

LUDOT Emmanuel - Avocat

27 boulevard Foch Reims
51100 REIMS
Tél : 03 26 77 19 60
Fax : 03 26 77 19 61

Aux éditions Tatamis

Couverture HD avocat-a-histoires-13x18