A la une

Affaire MURRAY

"S’agissant de la décision obtenue par les fans de Mickaël JACKSON :  j’ai travaillé de manière désintéressée compte tenu du caractère exceptionnel de cette procédure.
Cette décision est une première mondiale." 
Me LUDOT Emmanuel

Consulter le jugement

Montmirail. Sa fille atteinte de saturnisme, elle dénonce l’état de son logement

Une fillette serait atteinte de saturnisme en raison d'un logement insalubre contenant du plomb. Sa mère attaque son propriétaire. L'affaire est entre les mains de la justice.

50 microgrammes par litre de sang, c’est la limite de toxicité du plomb. Inaya, 5 ans, a pourtant un taux supérieur : 77 microgrammes par litre de sang. Elle est atteinte de saturnisme. Quant à ses frères et sœurs, leur taux est également supérieur. Or, en passant dans le sang, le plomb atteint l’organisme, provoque troubles digestifs, anémie, retards mentaux ou psychomoteurs, et ce, de manière irréversible entre 0 et 6 ans. Pour leur mère, Angélique Enguix, c’est la vétusté de leur logement qui est à l’origine de la maladie de sa fille. La famille habite au 3, place du Vert-Galant à Montmirail depuis un an et demi.

 

Constatations d’experts alarmantes

 

« Rien ne va dans l’appartement : la teneur en plomb anormale, le livreur de fioul qui ne veut plus intervenir car c’est trop dangereux, des infiltrations, et l’électricité qui n’est pas aux normes », s’inquiète la mère de famille. Les autorités sanitaires ont été alertées, l’agence régionale de santé est intervenue et des travaux ont été préconisés. Or, ces derniers n’ont pas été réalisés à ce jour par le propriétaire. Dans l’attente, la caisse primaire d’assurance maladie a donc décidé de lui suspendre le versement direct de l’APL. C’est en octobre 2016 que la caisse d’allocations familiales (CAF) se déplace pour constater l’état du logement et déclare que les portes et fenêtres doivent être changées. Elle mandate ensuite le Comité Marnais d’Amélioration du Logement, qui rend son rapport le 30 juin 2017 : Relevant notamment une concentration de plomb supérieure à la normale, le logement est jugé dangereux. Un arrêté a été signé le 9 novembre par le préfet de la Marne pour que des travaux de remises aux normes soient effectués dans le mois.

 

Audience ce mardi 5 novembre

 

Le propriétaire, Gilbert Mondolot accuse quant à lui la famille d’avoir dégradé le logement. « Les peintures au plomb ont été recouvertes avant leur arrivée. Mais leurs chiens grattent les portes, les plinthes et les murs », avance-t-il. Selon lui, les travaux s’élèveraient à 30 000 €. Un peintre a d’ailleurs été envoyé sur place, mais il ne serait venu qu’une fois. « C’est maintenant à la justice de déterminer les responsabilités de chacun », ajoute-t-il.

 

Selon l’avocat de la famille, Maître Emmanuel Ludot, le propriétaire n’a plus d’autre choix que de reloger la famille dans des conditions décentes. « Ce ne sont pas d’importants travaux à réaliser. L’audience en référé qui aura lieu ce mardi 5 décembre aura pour but de le contraindre à les effectuer, à reloger la famille et à lui verser une indemnité journalière en attendant. C’est urgent, il s’agit d’une famille intoxiquée », souligne-t-il. Après deux renvois du propriétaire les 14 et 28 novembre, l’audience s’est tenue au tribunal de grande instance de Châlons-en-Champagne. Le délibéré est prévu pour le mercredi 20 décembre.

 

Source : Margaux DESDET, actu.fr

 

LUDOT Emmanuel - Avocat

27 boulevard Foch Reims
51100 REIMS
Tél : 03 26 77 19 60
Fax : 03 26 77 19 61

Aux éditions Tatamis

Couverture HD avocat-a-histoires-13x18