A la une

Affaire MURRAY

"S’agissant de la décision obtenue par les fans de Mickaël JACKSON :  j’ai travaillé de manière désintéressée compte tenu du caractère exceptionnel de cette procédure.
Cette décision est une première mondiale." 
Me LUDOT Emmanuel

Consulter le jugement

«Il faut que les règles de sécurité ne soient pas appliquées n’importe comment»

Le patron du bar-tabac Le Clovis à Reims, établissement qui avait vu sa clientèle diminuer à cause du plan Vigipirate, assigne l’État français en justice. Les pertes de chiffres d’affaires sont estimées entre 28 000 et 30 000 euros par mois. Une situation qui met en cause la façon dont les règles de sécurité ont été appliquées. 

La sécurité représente un élément indispensable, mais comment conjuguer ses règles avec la vie quotidienne des entreprises ? Le bar-tabac Le Clovis est situé juste à côté de la synagogue de Reims placée sous protection dans le cadre du plan Vigipirate après l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015.

Les mesures prises dans le cadre de ce plan auraient dissuadé la clientèle du bar-tabac. L'établissement a subi des pertes sérieuses, estimées entre 28 000 et 30 000 euros par mois, selon un rapport d'expertise commandé par son patron, indique RTL. Actuellement, le patron du bar-tabac Le Clovis assigne l'État en justice.

Vouloir assurer la sécurité de nos concitoyens, c'est une excellente chose, bien évidemment. Mais encore faut-il que ces règles ne soient pas appliquées n'importe comment à tort et à travers et que l'on se soucie un tout petit peu de la situation des riverains

souligne l'avocat du patron de l'entreprise Emmanuel Ludot dans un entretien accordé à Sputnik.

Selon l'avocat, les mesures établies dans le cadre de la réalisation du plan Vigipirate ont eu pour résultat « d'interdire purement et simplement aux clients de ce bar de se rendre dans cet établissement » et l'interdiction de la circulation piétonne a entraîné l'arrêt de l'activité ce qui est anormal.

Sur le plan Vigipirate je ne pense pas qu'il y ait de précédents. On est malheureusement dans une situation sécuritaire qui est toute nouvelle. Aujourd'hui, on essaie de privilégier la sécurité, c'est tout à fait normal. Mais je pense qu'on n'a pas su l'adapter. Donc il y a très peu de décisions intérieures qui ont été rendues à ce sujet.

Selon RTL, Emmanuel Ludot a écrit au premier ministre et a assigné l'État en réparations devant le tribunal de Châlons-en-Champagne.

Source : Sputnik

LUDOT Emmanuel - Avocat

27 boulevard Foch Reims
51100 REIMS
Tél : 03 26 77 19 60
Fax : 03 26 77 19 61

Aux éditions Tatamis

Couverture HD avocat-a-histoires-13x18