A la une

Affaire MURRAY

"S’agissant de la décision obtenue par les fans de Mickaël JACKSON :  j’ai travaillé de manière désintéressée compte tenu du caractère exceptionnel de cette procédure.
Cette décision est une première mondiale." 
Me LUDOT Emmanuel

Consulter le jugement

Enfermé en Suède avec son fils, le Châlonnais attaque en justice

Jérémy Warin, 32 ans, est retenu en foyer avec son fils, à 50 km de sa femme. L’avocat rémois M e Ludot s’est saisi du dossier et assigne l’État suédois.

C ’est une histoire de fou. Je suis en plein cauchemar », ne peut que constater Jérémy Warin, 32 ans, difficilement contacté par Skype et quasi coupé du monde. Enfermé avec son fils dans un foyer de protection de l’enfance suédois, à Hörby, à cinquante kilomètres de sa femme, Helen, le Châlonnais s’estime pris au piège.

Il avait décidé en début d’année de rejoindre définitivement son épouse et son fils, Nathan, âgé de 19 mois, à Malmö, tout au sud du pays, à proximité du Danemark. Sauf que l’avenir de la famille ne semble plus s’inscrire en Scandinavie : la jeune femme, qui attendait un titre de séjour, a en effet reçu la visite des services sociaux, qui ont établi que la mère de famille était dépressive. Ils ont entrepris de la faire interner de force, pour placer Nathan dans un foyer de protection de l’enfance. Une possibilité offerte par la loi « LVU », communément appelée loi « anti-fessée ». L’ingénieur géomorphologue de formation qui venait d’accepter un petit boulot d’agent d’entretien était en cours de langue suédoise lorsqu’il a appris la nouvelle et rejoint son fils, emmené dans le foyer d’Hörby. « Il ne savait pas où il était, il a été obligé de me donner ses coordonnées GPS pour savoir ! », témoigne Jean-Pierre Warin, le père de Jérémy. Là, dans un logement d’une vingtaine de mètres carrés, il est aujourd’hui observé jour et nuit, jugé sur ses facultés de bon père de famille, avec l’interdiction de sortir… où en tout cas avec son fils. « On lui a fait comprendre qu’il était libre de partir… mais sans le petit », raconte Corinne Warin, la maman de Jérémy. Elle a miraculeusement réussi à passer une nuit dans le foyer, avec son petit-fils Nathan, ce 19 juillet lorsque Jérémy était cité devant la justice suédoise. Le Châlonnais n’a pas obtenu ledroit de quitter le foyer. Coincé. Encore et toujours. « Il a été amené dans un camp de concentration social ! », dénonce M e Emmanuel Ludot, le médiatique avocat choisi en France par la famille. « En Suède, les parents procréent, la femme accouche et l’état gère l’éducation », fustige ce dernier qui déposera, ce matin, une procédure en extrême urgence contre l’État suédois au tribunal de grande instance de Châlons-en-Champagne, car Nathan est bien de nationalité française. Toute la famille entend aujourd’hui quitter la Scandinavie, où les cas de familles immigrées ou en situations précaires sont dans le collimateur des services sociaux. « Nous ne pourrons les battre que sur notre terrain. L’astuce, c’est de faire convoquer l’ambassadeur de Suède devant le juge des référés », dévoile Maître Emmanuel Ludot qui souhaite faire confier le dossier à la justice française.

Source : L'Union - Justin Daniel Freeman

LUDOT Emmanuel - Avocat

27 boulevard Foch Reims
51100 REIMS
Tél : 03 26 77 19 60
Fax : 03 26 77 19 61

Aux éditions Tatamis

Couverture HD avocat-a-histoires-13x18